Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des mamans en quête d'un job
  • Le blog des mamans en quête d'un job
  • : Concilier vie professionnelle et maman...un vrai défi ? un équilibre à trouver ça oui, en se posant les bonnes limites ! et les bonnes questions...
  • Contact

Favoris

http://www.wikio.fr

  logo egg

logoeducalangues

Coups de coeur



..Pour le commander 


 

 

 

 

 

 

 

 

Le job de ses rêves, un livre plein d'idées et des tests.

Par  Fanny Dalbera. Dessins de Pénélope Bagieu.

 

Patch_jobreve.jpg

19 avril 2013 5 19 /04 /avril /2013 13:19

 

Limitation dans le temps pour les auto entrepreneurs

 

 

Depuis la déclaration d'intention de Sylvia Pinel, ministre de l'artisanat, du commerce et du tourisme de limiter dans la durée l'exercice d'une activité sous le régime de l'auto-entrepreuriat, c'est la levée de boucliers.

Et pour cause, vouloir limiter à 5 ans la durée maximum d'une activité professionnelle en tant qu'auto-entrepreneur revient à nier tout le bénéfice pour l'emploi de ce statut. Pourquoi ? jaime-travail.jpeg

Dans le cas d'une activité principale, les délais imposés (5 ans maximum) enverront les AE dont les bénéfices ne sont pas suffisamment conséquents pour changer de statut et créer leur société, directement chez Pôle Emploi ! Conséquence directe, des centaines de milliers de chômeurs déclarés officiellement ou non, et, pour l'Etat, la disparition de quelques centaines de milliers d'euros correspondant aux cotisations des AE.

Pour un plan de relance...c'est plutôt mal pensé. 

 

Les AE, une force vive :

900.000, c'est le nombre d'auto-entrepreneurs en France, parmi lesquels 500.000 l'exercent comme activité principale. De plus, 'Selon les premières analyses d’Evo Portail, il est à craindre que la limitation dans le temps n'engendrerait pas plus de créations d'entreprises au régime réel. La dernière étude des caisses de l’URSAFF et les dernières tendances publiées par l’INSEE  prouvent en effet que la création d’entreprise serait en berne sans l’auto-entreprise ; celle-ci représentant 1 création sur 2.'

cf le blog de yann le Galès

 

Fin des missions ponctuelles en entreprise :

Enfin, de plus en plus d'entreprises font appel, pour leurs prestations, à des AE car cela implique plus de flexibilité (pas de contrat fixe nécessaire et possibilité d'arrêter le contrat à tout moment) et pas de cotisations sociales et patronales à payer..

Une souplesse plébiscitée aussi bien par les entreprises que par les professionnels qui trouvent là le moyen de travailler sous forme de missions ponctuelles et pour lesquels la fin du statut d'AE signifierait la fin d'un job.

 

Pourquoi alors vouloir entériner cette proposition de nouveau statut ? Pourquoi, sous couvert d'accompagner d'avantage les AE (pour lesquels certaines instances existent déjà dont Evo portail,pour la partie administrative ou la Fedae, Fédération d'aide et d'accompagnement des Auto-Entrepreneurs) le gouvernement, contre tous les avis d'experts, s'enferme-t-il dans des décisions pour le moins contre-indiquées ? Est-ce la pression des artisans qui estiment, notamment, que les charges allégées des auto-entrepreneurs sont, pour les mêmes ativités, déloyales pour leur commerce ?

Des discussions doivent avoir lieu dans les prochains jours, notamment avec la FEDAE. Il ne reste qu'à souhaiter qu'une issue favorable à l'auto-entrepreuriat sera finalement adoptée.

 

Voir aussi les sites :

lautoentrepreneur.fr

auto-entrepreneur.fr

le site de la CCI

 

Repost 0
Published by sansinette - dans Actualité économique
commenter cet article
18 octobre 2010 1 18 /10 /octobre /2010 23:42

 

 


Difficile de s'y retrouver parmi les infos à la fois multiples et en même temps peu délayées sur le sujet précis de la retraite des femmes.

 

Pour info, comme vous le savez, le deuxième article-phare de la réforme des retraites a été adopté lundi 11 octobre par le Sénat, repoussant de 65 à 67 ans l'âge de la retraite sans décote quel que soit le nombre d'années de cotisation.


La seconde mesure présentée par le gouvernement comme une concession - maintien des 65 ans pour les mères de trois enfants nées entre 1951 et 1955 ayant arrêté de travailler pour les élever - a été adoptée lundi après-midi après avoir fait l'objet de nombreux sous-amendements.  



Les sous-amendements visaient à élargir le maintien des 65 ans à l'ensemble des mères.  Ils ont été tous rejetés par l'UMP et les centristes même si l'un d'eux avait été déposé par la sénatrice UMP Jacqueline Panis pour la délégation du Sénat aux droits des femmes.


La sénatrice des Yvelines, Catherine Tasca a déploré que «le gouvernement ait ouvert une porte beaucoup trop étroite», et le président du groupe socialiste, Jean-Pierre Bel, a quant à lui, demandé 

«Pourquoi restreindre cet avantage aux femmes de trois enfants?».

 

C'est vrai...pourquoi ? Sans doute parce que c'est à partir de 3 enfants, début de la famille nombreuse, que nombre de femmes orientent différemment leur carrière professionnelle..! Et pour celles qui se retirent du marché de l'emploi n'ont que peu de compensations financières à court ou à long terme.


 

On peut tout de même souligner la réponse d'Eric Woerth à ces réactions politiques dénoncant  la gauche qui «ne s'est pas préoccupée de la retraite des femmes».

 

Aussi, afin de donner un éclairage sur les retraites des femmes, je me fais l'écho ici d'une interview de la sénatrice Catherine Tasca, réalisée par le club Future au féminin dirigé par Lydia Guirous.

Catherine Tasca est sénatrice des Yvelines depuis septembre 2004, elle a été élue vice-présidente du Sénat en octobre 2008. Elle est ancienne ministre de la Culture et de la Communication dans le gouvernement de Lionel Jospin en 2000.

 

 

 

Le club future au féminin, est un club de réflexion et d'actions animé par de jeunes femmes dont l'objectif est de militer pour plus d'égalité, de reconnaissance et pour promouvoir l'apport des femmes dans notre société.


 

Je terminerai en reprenant les propos extraits d'un article du Monde du 25 septembre par Jacques Petit.

'Par contre, il est 3 points importants que les organisations syndicales doivent défendre « bec et ongles », ce sont : la pénibilité avec des trimestres gratuits selon la pénibilité, les carrières longues, et un traitement particulier pour les FEMMES, sinon nous les HOMMES nous transmettront la honte de cette INJUSTICE à nos enfants et petits-enfants !'

 

A lire aussi :  Retraite des femmes, on bat en retraite !?

 


Repost 0
Published by sansinette - dans Actualité économique
commenter cet article
12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 18:04

Jeudi 19 mai: La fondation Yves Rocher organise la 2ème édition de "Terres de Femmes"

Le trophée Terres de femme récompense les femmes engagées dans la protection de l'environnement. Venez les rencontrer, découvrir leurs actions et agir à leurs côtés !  terrefemmes

 

Ce prix cloturera la Journée Mondiale de la Biodiversité.  


18h30: cocktail d'accueil
19h00: Projection du documentaire "Artisans du changement"
20h00: Echanger: table ronde "Femmes, militantes du quotidien"
20h45: S'interroger ... ateliers participatifs

Inscrivez vous vite auprès de:
juliette.munier@yrnet.com

Pour en savoir plus: fondation Yves rocher

 

 


Repost 0
Published by sansinette - dans Actualité économique
commenter cet article
24 janvier 2010 7 24 /01 /janvier /2010 23:21
Quoi de neuf en 2010 ?

Que nous réserve 2010 dans l'agenda économique ? Rien de très nouveau finalement, si ce n'est des réévaluations, de nouveaux accords en prévision, de nouvelles discussions ..abouties;.?
Le mouvement vers un effort d'amélioration des conditions de travail pour les salariés en général, et les femmes en particulier, continue. Tant mieux ! Tout comme pour le développement durable, les entreprises vont devoir être vigilantes sur les aspects sanitaires, de stress, d'équité hommes /femmes.
Pour les avantages sociaux quelques refontes en douceur..notamment pour les retraites où les trimestres alloués par enfant vont se partager entre hommes et femmes.

agenda.jpg

voici les grandes lignes du calendrier des réformes 2010 :






-débats sur la parité hommes femmes (encore) pour combler les écarts de salaires alors que les autres pays européens ne connaissent pas aussi fortement ces disparités. Concertations prévues avant le 15 février.inegalite.jpg

-le ministre du Travail Xavier Darcos a récemment annoncé que les entreprises de plus de 1 000 salariés doivent négocier avec les syndicats sur la prévention du stress.
Les accords doivent être conclus avant mi-février. Si aucune sanction n'est prévue pour le moment, une liste des bons et des mauvais élèves sera à l'affiche dans un souci de transparence.

-Pour le second plan de santé au travail, Xavier Darcos a réuni le 15 janvier dernier le Conseil d’orientation sur les conditions de travail. Objectifs :
  • diminuer de 25% les accidents du travail (700 000 par an dont plus de 44 000 accidents graves) ;
  • Stabiliser le nombre des maladies professionnelles qui a presque doublé en 10 ans.
travail-solidarite.


Auto-entrepreneurs

Un accompagnement plus poussé des auto-entrepreneurs ainsi que l'apparition de nouveaux métiers possibles pour les fonctionnaires. François Fillon déclarait ainsi "Je souhaite que soient expérimentées des modalités innovantes de soutien aux auto-entrepreneurs, sur le terrain, avec les réseaux d'accompagnement, ou bien grâce à l'utilisation des nouvelles technologies et d'internet". Un moyen de sortir de son isolement ?


Retraites
papyenfant  Pour les retraites, dès 2010, le système de compensation accordée aux mères salariées du privé est modifié. La majoration globale de 2 ans par enfant est maintenue, mais cette durée est partagée entre 4 trimestres accordés aux mères au titre de la grossesse et de la maternité et 4 trimestres supplémentaires accordés au père ou à la mère au titre de l’éducation de l’enfant.
service-public

-Prestations familiales
La base mensuelle du calcul des allocations familiales (Bmaf) est maintenue à 389,20 euros au 1er janvier mais les plafonds de ressources pour l’attribution de ces prestations sont réévalués dans le même temps de 2,8 %.




Repost 0
Published by sansinette - dans Actualité économique
commenter cet article
27 avril 2009 1 27 /04 /avril /2009 22:57



L’initiative était pourtant intéressante : signer une charte de « bonne conduite » pour que certaines entreprises dans les TIC embauchent plus de femmes . La cause ? combler le déficit de femmes ingénieurs à l’aube de 2010 et ce, au niveau européen.

Des mesures diverses ont ainsi été proposées par Bruxelles pour attirer ces femmes vers les secteurs des télécoms et de l’informatique telles que l’aménagement d’horaires flexibles, la formation en milieu scolaire ou encore le télétravail. Jusque là, c’est plutôt intelligent et nombre d’entreprises devraient y penser également, dans d’autres domaines.
Dommage toutefois que Bruxelles voit la femme comme une
« cyber cendrillon» puisque la commission a jugé bon de l’appeler ainsi ! et  de là à penser que, décidément, la femme est toujours perçue comme une ménagère, bonne à passer le chiffon et à astiquer la maison.. Une cendrillon, limite souillon, à qui l’on donne la chance de s’évader par l’informatique…votre nouveau prince charmant mesdemoiselles sera TIC ou ne sera pas !

Mais finalement, si l’on en juge par l’enquête réalisée par l’INED sur le partage des tâches à la maison, on réalise que rien n’a vraiment changé depuis ces dernières années.
La femme a beau s’être émancipée et démontré sa capacité à mener de front – à grand renfort d’énergie et d’organisation – sa vie professionnelle et sa vie de famille, on continue de considérer que les tâches ménagères lui incombent totalement. Et même si les hommes ont fait de gros progrès en participant davantage aux impondérables du quotidien, la femme reste toutefois le pilier central de la famille pour l’éducation, l’organisation des activités, le ménage… En 2000, la Direction des études du ministère du travail (Dares) avait conclu que les 2/3 du travail parental reposait sur les femmes. Ça laisse rêveuse, non .. ?

Bref, on pense à nous, on nous approche, on veut nous ouvrir des portes encore fermées jusque là…(quitte à imposer des quotas) mais la parade de séduction n’est pas toujours très…adroite.
Pourquoi ne nous compare-t-on pas à des « cyber-princesses » ou superwomen ..c vrai quoi, on se débrouille plutôt bien !!

Petit test : qui chez vous, nettoie les toilettes…pas très glamour hein.. ? !


Repost 0
21 février 2009 6 21 /02 /février /2009 20:32


Avant, on avait le choix. Congé parental long jusqu’aux 3 ans du petit dernier (pas pour un 1er enfant) ou bien un « joli » Colca (complément optionnelde libre choix d'activité) cad un congé parental court de 12 mois mais mieux indemnisé.

Pour info  : montant mensuel de 611,5€ si  on reçoit déjà l’allocation de base de la Paje (contre 374,17 €) pour un congé long ou d’un montant de 789,54 si l’on ne reçoit pas déjà cette fameuse alloc de base (552,11 € pour le congé long).


Un congé parental qui est avant tout une chance pour les femmes de pouvoir s’arrêter de travailler un temps au profit de leur progéniture. Oui mais…


Raccourcir le congé parental pour un retour à l’emploi ?
Nicolas Sarkozy annonce aujourd’hui sa volonté de réformer ce fameux congé pour inciter les femmes à reprendre une carrière professionnelle plus rapidement. Volonté réelle de faciliter ce retour à l’emploi des femmes ou..besoin de faire des économies.. ?

Il faut malheureusement reconnaître que,  au bout de un ou plusieurs congé(s) parental, une femme a beaucoup plus de mal à être reconnue professionnellement que si sa carrière ne connaît pas d’interruption majeure. La faute à qui.. ? la société actuelle qui considère qu’une femme au foyer n’est plus bonne à rien, voire une feignasse !!( j’ai souvent vu ce terme dans les commentaires de blogs)..incapables de tenir compte de la réalité du marché du travail, savent-elles même se servir d’un ordinateur.. ?…bah oui tiens, on devient neuneus et hors service, coupées que nous sommes de la vie réelle.. ! la vie réelle ? est-ce seulement la vie active professionnellement ?

Bref, considérées comme « out of service », il n’en demeure pas moins que le reprise d’une vie active intéressante est assez difficile et que nombre de femmes se tournent soit vers une activité individuelle soit renoncent à un job leur correspondant faute de mieux.

Or, eurêka, voici la solution : nous servir un congé plus court pour ne plus perdre la main… Un congé qui s’appuie sur des propositions du fameux rapport Tabarot, avançant notamment la nécessité d’offrir des formations aux femmes désireuses de se remettre à niveau dans le métier ou de se reconvertir.
Très bien. ! Car on attendait cette mesure depuis longtemps et cette proposition comblerait un manque évident pour se repositionner sur le marché de l’emploi. Mais pourquoi attendre de raccourcir le congé parental pour proposer cette formule ? on pourrait aussi bien conserver l’actuelle formule (le choix de la durée du congé car chacune pour convenances personnelles peut avoir des raisons de reprendre rapidement une activité ou pas) et bénéficier de la formation à la fin du congé.

Reste à savoir, enfin,qui paiera cette formation (l’ex employeur ou un organisme extérieur ?) et dans quels domaines elle interviendra.


Le Congé parental « forcé »..

Selon Nicolas Sarkozy, les femmes en congé parental le subissent pour beaucoup par manque de modes de garde
"L'arrêt de travail ne peut plus être le mode de garde des jeunes enfants auquel on doit se résigner, a-t-il déclaré. L'intérêt de ces femmes, celui de leurs enfants comme celui de notre société, c'est de mettre en place les conditions de leur retour à l'emploi."

Là encore, Sarkozy soulève une évidence, car tout le monde sait que sans travail, pas de place en crèche et, quand l’on veut reprendre le chemin du boulot, il faut trouver une organisation fissa souvent en prenant une nounou à domicile par manque de structures d’accueil pour les très jeunes enfants.
Le Président nous promet certes la création de 200 000 places d’ici..à 2012 mais c’est un chiffre bien inférieur aux besoins réels puisque 2,4 millions de bambins ont moins de 3 ans !

De plus, il revient déjà sur le droit opposable qui promettait d’obtenir une compensation financière pour alléger les frais d’une nounou lorsque la mairie est incapable de vous donner une place en crèche .Un revirement qui en dit long sur la difficulté des organismes publics de fournir un service de qualité et de quantité pour la garde de nos bambins. Vive les crèches privées et les crèches d’entreprises .. ! car il est vrai que sans modes de garde, pas de boulot. Trouver une nounou reste fastidieux et cher et n’incite pas toujours une femme à retravailler si presque tout son salaire (et qui plus est si celui-ci est relativement bas comme souvent lorsque les femmes reprennent une activité professionnelle après un congé parental) passe dans la rémunération d’une garde à domicile.


Enfin, faisons évoluer les mentalités des patrons en les incitant à faire confiance à une maman éloignée quelque temps du marché du travail mais dont l’expérience antérieure, et une mâturité certaine (sens des priorités, maîtrise d’une certaine logistique, capacité à traiter mille choses à la fois..) sont à prendre en compte.



Prendre un congé parental et conserver le choix de la durée, avec un droit à la formation et des solutions pour les modes de garde beaucoup plus  incitatifs ..là oui ! la France est l’un des pays dont le taux de fécondité est le plus haut en Europe, adoptons  les moyens d’en tirer profit sans contraindre éternellement les femmes à choisir entre le pire et le moins bien…






Repost 0
10 février 2009 2 10 /02 /février /2009 14:59



Ca y est, depuis le 1er janvier 2009, dans le cadre de la loi de modernisation de l’économie, vous pouvez enfin lancer votre propre activité sans trop de risques !
En effet, grâce au nouveau statut d’auto-entrepreneur, tout le monde peut démarrer une activité professionnelle indépendante sans paperasses administratives interminables, ni charges écrasantes. Un statut qui répond tout à fait au besoin de près d’un quart des français de monter leur propre business, de manière temporaire ou même, plus durablement.

Mais en quoi consiste exactement ce nouveau statut d’auto-entrepreneur ?


Pour lancer son activité, une simple inscription sur le site internet www.lautoentrepreneur.fr ou encore auprès d’une chambre de commerce suffit sans obligation de s'immatriculer au registre du commerce et des sociétés.
L’auto-entrepreneur ne s’acquitte de ses charges sociales et fiscales que lorsqu’il a un chiffre d’affaires effectif. Mensuellement ou trimestriellement, il règle alors un forfait de 13% pour une activité commerciale et 23% pour une activité de service.
Pour ces micro-entreprises individuelles, l’activité n’est pas soumise à la TVA et elles sont exonérées de l’impôt sur les sociétés et la taxe professionnelle pendant 3 ans. A condition toutefois qu’elles ne dépassent pas un plafond de chiffres d’affaires annuel de 80 000 euros pour les activités de commerce et de 32 000 euros pour les services.
source blog.netpme.fr.

Des mesures attendues par les français et qui rencontrent déjà un beau succès avec plus de 40 000 pré-inscritpions au mois de janvier. Pas étonnant face à la morosité actuelle dûe à la crise économique. Le statut d’auto-entrepreneur permet enfin de monter sa propre activité sans craindre d’y laisser des plumes ; plus de confusion possible entre son patrimoine personnel et professionnel et surtout, la possibilité de se lancer crescendo sans payer de charges ou d’impôts alors que l’activité ne dégage pas encore assez de bénéfices.


Quelques limites néanmoins au statut de micro-entreprise

Sachez néanmoins que sans chiffre d’affaires, pas de taxes certes, mais également pas de couverture sociale puisque pas de cotisations. Si, à l’inverse, votre chiffre d’affaires dépasse le seuil du régime fiscal (80 000 euros pour les activités de commerce et de 32 000 euros pour les services), vous avez 2 mois pour régulariser votre situation et vous déclarer cette fois au RCS, et donc perdre votre statut de micro-entreprise et les avantages inhérents à celui d’auto-entrepreneur.
Enfin, pour l’instant ce statut d’auto-entrepreneur est refusé aux professions libérales sauf pour celles relevant du régime social des Indépendants.


Un pas en avant dans la création d'activités

La micro-entreprise, « une réponse à toutes celles et tous ceux qui aspirent à la liberté de l’activité professionnelle, à la liberté de créer pour un temps mais pas pour toute la vie » comme le dit M.Hurel, Délégué Général de la CNCC et auteur du rapport économique auprès du Secrétaire d’Etat chargé des Entreprises et du Commerce Extérieur, Hervé Novelli.

Et pour les femmes en quête d’une reconversion ou d’une activité à leur compte, c’est une grande avancée. Sans risques financiers majeurs, elles oseront davantage sauter le pas. Même en congé parental, cette loi sur les micro-sociétés leur permettra de combiner, à leur rythme, une activité lucrative et la présence auprès de leurs enfants !

Ne reste plus qu’à trouver le secteur d’activité… ;et zou !
Repost 0
27 novembre 2008 4 27 /11 /novembre /2008 00:12



Eh oui nous serions de plus en plus nombreuses à vouloir créer notre petite entreprise..nous ? oui, nous , les femmes ! Après la révolution des jupes culottes c’est la femme battante chef d’entreprise qui s’annonce pour les années à venir. Et quand on dit battante, c’est bien parce qu’il y a un long chemin couvert d’obstacles et de préjugés contre lesquels la femme va devoir se battre..Alors, toujours motivée ? prête à bouffer du lion ?
Tant mieux car l’aventure en vaut certainement le détour ! Je reviendrai sur des exemples de femmes entreprenantes (économiquement s’entend bien sûr.. !) mais pour l’instant sachez que des propositions sont à l’étude pour aider les femmes à se lancer : selon des propositions faites par Hervé Novelli, secrétaire d’Etat chargé des Entreprises et du Commerce extérieur.

-soutien financier (Le FGIF, fonds de garantie pour la création, la reprise et le développement d’entreprises à l’initiative des femmes, est doté pour la période 2005-2009)
- formations,
- renforcement de la visibilité des réseaux et des cabinets de conseil spécialisés dans l’accompagnement des femmes créatrices d’entreprise,
-information et communication auprès des femmes,
-soutien autour du cap fatidique des 3 ou 5 ans

Et, le meilleur pour la fin : permettre aux mamans en congé parental de créer une activité indépendante ce qu’elles n’ont pas droit de faire actuellement (pas sous forme d’entreprise ).

Et si cette dernière proposition, alliée à celle du rapport Tabarot sur l’aide à la formation des femmes en congé parental étaient mises en place…ce serait un grand bond en avant !!




Repost 0
6 novembre 2008 4 06 /11 /novembre /2008 15:44

Publié récemment , le rapport Tabarot propose des pistes d'aménagemnt pour la garde des enfants quand les deux parents travaillent.


Ainsi, concernant les mesures d’accompagnement des entreprises envers leurs salariés-parents, la Députée UMP propose ceci :
inciter davantage les entreprises à créer des crèches d’entreprises par des exonérations fiscales plus importantes puisque certaines d’entre elles, malgré les aides financières de l’Etat, n’entreprennent rien en ce sens. Eh oui, on prend, on s’engage..et psshuit..on ne fait rien.
Et pourtant, les entreprises ont tout intérêt à jouer le jeu et fidéliser leurs salariées ! (voir article sur la charte de parentalité/rubrique actualité économique)


Dans un tout autre domaine, elle préconise de poursuivre les aides financières pour la garde d’enfant pendant les durées de chômage et de formation (formations qui permettent aux mamans de reprendre une activité) ! enfin une once de piste qui pourrait peut-être aider les mamans à remettre le pied à l’étrier. Car comme chacun sait, une femme qui fait une pause dans sa  carrière professionnelle pour se consacrer momentanément à ses enfants, a souvent bien du mal à revenir à son poste d’antan, pour diverses raisons.

Il est déjà extrêmement difficile d'avoir une aide de financement pour une formation (sauf un acquis de 4 mois d’activité professionnelle dans l’année, plutôt délicat lors d'un congé parantal)
alors quand il faut, en plus payer encore une nounou….inutile de dire que c’est quasiment mission impossible.
Donc, oui, oui, aidez-nous à nous former et on reprendra un job plus rapidement !!

Autre proposition :
réduire le congé parental à 1 an au lieu de 3 mais avec des indemnités équivalentes à 67% du salaire de la maman.  Incitatif pour reprendre une activité plus tôt !

Enfin, pour rassurer les parents sur le mode de garde, ce rapport préconise également de
suivre davantage les assistantes maternelles, ainsi que les gardes à domicile pour mieux connaître leurs relations avec l’enfant et leur donner des conseils en cas de problème vis a vis d’un enfant. (formation aux premiers gestes de secours, réflexes de sécurité, comportement éducatif & d’éveil).

Et qui dit bonne nounou, dit enfant heureux et …parent serein !
et qui dit parent serein, dit aussi parent plus actif professionnellement!!



Repost 0
25 juin 2008 3 25 /06 /juin /2008 22:59


Voilà une bonne nouvelle pour nous parents, la première charte de la parentalité au sein de l’univers professionnel a été signée !


Initiée par l’Oréal et SOS Préma, sous le haut patronage des ministères de l’emploi, des affaires sociales et de la famille, cette charte réunit 28 entreprises et associations, très impliqués dans le projet. Le principe de cette charte ?

 Faire évoluer la vision des entreprises vis à vis des parents-salariés, et faire régresser la discrimination dans l’évolution des carrières, protéger davantage les parents ou futures parents, notamment les femmes enceintes.
 En effet, selon une étude de l’Insee de 2006 , 82% des femmes âgées entre 25 et 40 ans travaillent ; c’est également l’âge où les femmes ont des enfants et où concilier activité professionnelle et vie familiale prend tout son sens.

C’est pourquoi certaines des entreprises signataires de la charte proposent la mise en place de crèches sur le lieu de travail, ou encore de prendre à leur charge les frais de garde des enfants lorsque des impératifs professionnels obligent les mamans à décaler leurs horaires.

Vie familiale et vie professionnelle ont en effet des impératifs parfois contradictoires..mais également complémentaires.
 Et les entreprises ont tout intérêt à ce que leurs salariés trouvent sur le lieu de travail un climat propice à leur activité professionnelle. Ces signataires de la charte l’ont bien compris.


Quand une femme hésite à annoncer à son employeur qu’elle attend un enfant par crainte d’être soudain jugée comme un poids, quand à leur retour de congé maternité, les mamans retrouvent des fonctions à moindre responsabilité, quand, enfin, le stress au travail apparaît comme l’une des causes de naissances prématurées (8% des naissances en 2007), il y a de quoi, en effet, repenser enfin certaines méthodes de management.

Et quant les papas, eux aussi, aspirent à davantage de temps pour s’occuper de leur petite famille, on se dit que les temps changent..et les mentalités également.

Cette charte de parentalité, si elle est respectée dans ses fondements, et si elle tente de trouver des solutions pour que hommes ou femmes, parents en tout cas, puissent concilier vie familiale et vie professionnelle, marquera un premier pas vers un nouvel équilibre de vie.. ?

Si vous souhaitez plus d’infos sur ce sujet, la charte est visible sur
le lien suivant link



Repost 0

Suivez-moi ici aussi !

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

 

 

 

C'est d'actu

 

 

guidemampreneurs  Sortie du guide des Mompreneurs

de Valérie Froger

Qui sont-elles ? comment font-elles ?

Portraits et conseils.

 

 

 

Vidéos