Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des mamans en quête d'un job
  • Le blog des mamans en quête d'un job
  • : Concilier vie professionnelle et maman...un vrai défi ? un équilibre à trouver ça oui, en se posant les bonnes limites ! et les bonnes questions...
  • Contact

Favoris

http://www.wikio.fr

  logo egg

logoeducalangues

Coups de coeur



..Pour le commander 


 

 

 

 

 

 

 

 

Le job de ses rêves, un livre plein d'idées et des tests.

Par  Fanny Dalbera. Dessins de Pénélope Bagieu.

 

Patch_jobreve.jpg

22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 14:37

 Isabelle est une jeune maman de 3 enfants. Journaliste depuis 10 ans elle s'est intéressée à la question de la conciliation vie de famille vie pro, problématique ô combien complexe aujourd'hui.

guide-devenir-mere-vie-pro.jpgConçu comme un guide, Isabelle Fontaine, s'est appuyée sur des témoignages de femmes et de professionnels pour donner des pistes de réflexion à ces mamans en quête d'une vie équilibrée. Experts en maternité, psychologues, observatoires de la parité, organismes d'étude de laDes blogs parentalité..ont été interrogés.  ont également servi de bases de réflexions, dont..jobetmaman cité dans les blogs de conciliation vie pro, vie familiale.

Quand devenir mère, comment annoncer sa grossesse à son employeur, quand retourner travailler, comment gérer allaitement et retour en entreprise, où faire garder ses enfants, profiter de son temps de congé de maternité pour repenser sa carrière..et pourquoi pas, devenir une mere entrepreneur..

Toutes ces questions sont abordées  dans ce livre "Devenir mère ET réussir sa vie professionnelle", aux éditions Leduc, avec des point clefs à chaque thématique.

Isabelle Fontaine ne prétend pas ici apporter des réponses toutes faites puisque chaque situation est un cas personnel...

"il faut un temps pour tout. Progresser sur tous les fronts..mais à des vitesses différentes. Voilà l'un des secrets de l'équilibre" conclut avec justesse l'auteur.

Gérer au mieux, en fonction de ses priorités, à sa propre vitesse car chaque femme  a une histoire personnelle différente. Des clefs oui...mais au fond la solution n'est pas juste issue de bon sens mais surtout d'une évolution profonde de la société et de ses aménagements envers la parentalité. Des changements longs, profonds, complexes qui doivent prendre en compte les nouvelles données économiques et sociétales des ménages, où les deux parents arpentent le terrain public ainsi que, de plus en plus pour les pères, le territoire privé familial.

Repost 0
Published by sansinette - dans vie pro-vie privée
commenter cet article
25 mai 2010 2 25 /05 /mai /2010 17:50

 

 

Journée de la famille au bureau !

 

Je vous l'avais annoncé l'an dernier, et c'est chose presque faite cette année.

L'observatoire de la parentalité en entreprise, sous l'égide de Jérôme Ballarin, lancera la première édition de la journée de la famille au bureau le premier mercredi de juin 2010.

 

Objectifs annoncés :

«Cette Journée de la Famille en Entreprise a de nombreuses vertus, entre autres celle d’humaniser les relations entre collaborateurs, sensibiliser les managers à la parentalité en entreprise ou encore donner à nos enfants un autre visage du monde du travail. » selon l'OPE


 

Pour l'occasion l'OPE, appuyée de l'agence de communication Philiboul a établi un guide de enfantjap.jpgpréparation de cette journée, histoire de ne pas casser trop d'oeufs dans cette délicate mission. Comment concilier en effet travail et visite des lieux par une ribambelle de gamins curieux de rencontrer de visu, enfin, les collègues de papa ou maman..? Pas forcément évident de confiner des enfants heureux d'aller eux aussi 'au travail' dans les couloirs ou des salles spécifiques et cela sans déconcentrer les salariés sans enfants, qui, eux, doivent rester à leur place sans moufter.

 

Cependant, en ce qui me concerne je trouve l'idée vraiment sympa ! Car pour les enfants c'est tout un monde virtuel qui enfin se concrétise et sur lequel ils pourront mettre des images. Réaliser enfin à quoi ressemble l'environnement quotidien de ses parents permet aux enfants de mieux apréhender la réalité professionnelle...Pour les plus jeunes, apercevoir les collègues, tester la cantine, voir si les gens sont aussi sympas... que ce qu'il en entendent à la maison..., est une découverte. Non mais c'est vrai c'est tout un monde qui s'ouvre à eux ! Pour les adolescents, dont 66 % estiment que le cadre professionnel de leurs aînés est difficile, cette approche peut paraître rassurante.

 

Et puis pour les parents, c'est l'occasion d'échangerr avec des collègues autour de sujets autres que professionnels et de se découvrir des points communs, voire de comparer ses propres bambins avec ceux des autres et envisager s'il sera un éventuel manager (tout comme son papa.!) ou prendre, un jour, la place du big boss...

Pour des sociétés qui, comme Orange pour la journée 'orange mômes' ou Areva pour le 'family day' ,organisent ce type d'événement depuis quelques années, le constat est très positif et semble souder les équipes.

Un argument qui pousse Jérôme Ballarin à souhaiter faire de cette manifestation un événement récurrent à un niveau national.

 

On reste encore loin -et heureusement- de l'exemple japonais qui faisait tester aux enfants des métiers en les immergeant quelques jours comme stagiaires au sein d'entreprises diverses (banques, hôpitaux, cabinets de vétérinaires..etc) histoire de les rendre opérationnels plus vite en les aidant à s'orienter vers un métier de leur (?) choix...c'est beau l'enfance au Japon..!

 

Et vous, votre entreprise fait-elle une journée de rencontres avec les enfants ?

 

 

Repost 0
Published by sansinette - dans vie pro-vie privée
commenter cet article
3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 10:39

 

 

Un jeune patron témoigne pour jobetmaman.



Jobetmaman s'étant penchée sur la manière dont les papas patrons géraient leur vie de famille , j'ai eu envie de poser la question directement à un jeune président d'une grande agence de communication. Ayant moi même fait mes armes en agence de marketing, et connaissant le rythme de travail effréné que l'on y mène, l'interview me semblait intéressant..


C'est ainsi que Philippe Bonnet, la quarantaine, et moi-même avons échangé...philippebonnet.jpg


Nommé récemment, en janvier, Président des agences de communication relationnelle Wunderman (125 salariés), et de l'agence de marketing direct KBM, toutes deux filles de Young & Rubicam, Philippe est également 'aux commandes' d'une famille de 3 enfants ! Vaste programme pour un seul homme finalement..(oui.;enfin il a aussi sa femme Séverine qui assure côté logistique )


J&M :  « Alors, tenir de hautes fonctions et gérer sa vie familiale...c'est possible ? »

PB : « Jusqu'à présent, je m'en sortais pas mal puisque je réussissais à embrasser mes enfants le soir au coucher, quitte à retravailler à la maison ensuite. Depuis que j'ai pris mes nouvelles fonctions, le rythme de travail s'est accéléré...je rentre plus tard et je bosse le we..mais parallèlement je voyage moins, et donc suis plus présent pour ma famille même si mon Bberry est devenu mon ami le plus proche.... ».;


J&M : Autrement dit, j'imagine que le conjoint doit assumer une bonne part des tâches familiales, non ?

PB : Bien sûr, savoir que je peux compter sur ma femme pour gérer les enfants est très important et me laisse une liberté d'esprit plus grande.

(le contraire nous aurait étonné..)



J&M : Avez-vous parmi vos salariés, des mamans à des postes importants ?

PB : oui, nous avons 5 mamans qui occupent des postes de directeur commercial ou directeur de clientèle. Elles travaillent au 4/5ème et partent à 18h, elles ont donc trouvé une certaine flexibilité professionnelle. Par-contre, il faut quand même reconnaître que, même si l'agence essaie de ne pas organiser de réunions après 18h ou le mercredi , ..s'il faut gérer des urgences, cela pose un problème. D'autre part, c'est en fin de journée que nous pouvons plus facilement réunir les équipes pour lancer des projets, faire du brainstorming...c'est là que se prennent les décisions et malheureusement cela exclut les femmes qui partent plus tôt.



J&M : du coup, recruteriez vous une jeune femme, mère de plusieurs enfants ?

PB : Pourquoi pas, si elle a déjà une organisation bien huilée. De plus, on peut penser qu'une femme qui a des enfants et qui souhaite reprendre une activité professionnelle a sensiblement mûri son retour à l'emploi et s'investira donc plus dans son job. Mais avec les aléas dont je viens de parler..


J&M : Même si elle a fait une longue pause, due, par exemple, à un congé parental ?

PB : Ce sera difficile car les techniques évoluent très vite, notamment avec le développement du web et des réseaux virtuels. Ce sera, à mon avis, moins compliqué pour des postes administratifs ou créatifs.


J&M : Avez-vous prévu des aménagements de confort pour vos salariés (aménagement d'horaires, garderies, salles de sport...?)

PB: Nous avons une conciergerie chez Y&R où le personnel peut déposer du linge, commander une liste de courses, demander un panier bio. C'est un petit extra qui apporte une certaine souplesse à l'organisation de ses tâches ménagères personnelles, et qui donne un gain de temps côté boulot..




J&M : merci Philippe et félicitations pour cette belle promotion ! Les mamans de jobetmaman n'ont plus qu'à postuler auprès de vous.....!?




Repost 0
Published by sansinette - dans vie pro-vie privée
commenter cet article
9 mars 2010 2 09 /03 /mars /2010 15:09



A vrai dire, ce n’est pas vraiment un mode d’emploi qui vous est proposé ici, mais plutôt des témoignages de grands patrons, conscients de l’importance grandissante de l’équilibre vie professionnelle et vie de famille pour la réussite de leur carrière.

Hier, à l’occasion de la sortie du livre en fin de semaine aux éditions du cherche midi « Patrons papas : paroles de dix dirigeants sur l’équilibre entre travail et vie privée »
, l’orse, observatoire sur les responsabilités sociétales des entreprises, auteur de l’ouvrage, sous la plume 
de François Fatoux, Marlie Gaillard et Hélène Roque recevait pour un débat conférence, 3 des 10 patrons interrogés :
Christian Nibourel : president d’Accenture France
Stéphane Richard : DG de France Telecom
Pierre Fonlupt : Président du groupe Plus,et président de la Commission Entreprises au Medef


IMG_4550.JPG

 et 3 femmes (parité oblige) et non des moindres :
 Brigitte Grésy, auteur du rapport préparatoire à la concertation avec les partenaires sociaux sur l’égalité. Elle a également publié un « petit traité contre le sexisme ordinaire » plein d’humour.
Véronique Morali : Présidente de Fimalac développement et conceptrice du site Terrafemina.com
Agnès Touraine : Présidente d’Act3 Consultants.


Ce livre se penche de manière innovante sur la manière dont ces patrons envisagent la parentalité et la parité au sein de l’entreprise. Et leur témoignage est d’autant plus intéressant.que jusqu’à présent, on entendait très peu les hommes sur le sujet de la conciliation vie pro/vie privée, comme si chacun restait prisonnier des vieux clichés traditionnels qui veulent que  papa travaille et trime dur pendant que maman récure et élève les enfants.

Or, pour une fois les hommes ici s’expriment sur leur propre expérience de patron, témoignant de l’importance de prendre du temps avec leur famille, de savoir lâcher prise avec leur entreprise, et d’aménager des séparations entre les deux. Tous s’accordent à dire que sans cet équilibre familial -permis grâce à des concessions de part et d’autre du couple- ils n’occuperaient sans doute pas leur poste actuel, ou du moins bien plus égratignés par la pression et le stress.

Tous évoquent également la responsabilité des patrons et des entreprises dans le maintien des clichés, et donc également dans leur rôle de meneurs pour faire évoluer les dispositifs internes facilitant l’ascension des femmes à des postes clefs. Car même si l’on est aujourd’hui dans des schémas plus modernes de répartition des rôles dans l’entreprise et au sein de la famille, à une émergence des femmes dans le monde économique ou politique, bien des idées tenaces demeurent. Dont, notamment la certitude pour certains cadres,selon Christian Nabourel, Président d’Accenture France, que prendre son congé de paternité est dégradant pour son image de marque..traitesexismeordin


C’est donc bien dans les mentalités que le progrès doit se prévaloir. Changer les vieilles images reçues dès l’enfance, à l’école entre autre, et qui fixent pour l’avenir les statuts féminins et masculins.

Cette prise de conscience en effervescence depuis quelques années, mais peu suivie de faits, commence à porter ses fruits tout de même. Ainsi l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe a adopté en novembre 2008 une recommandation  visant à « impliquer les hommes pour réussir l’égalité entre les femmes et les hommes ». Une recommandation..rien de plus..un petit pas en avant..mais c’est un début.

D’autres mesures ont été prises récemment dont les quotas de parité en politique…quotas contre qui tout le monde se dresse au nom d'un choix imposé et plus quantitatif que réfléchi....mais quota qui permet tout de même, comme  en Norvège, de placer des femmes à des postes déterminants et de prouver qu’elles en sont capables.(si certains en doutaient encore..)


Autre mesure à l’initiative de Brigitte Grésy, l’augmentation des effectifs des femmes dans les conseils d’administration passant de 9% seulement à 40% d’ici à 6 ans par décret de l’Assemblée Nationale en janvier 2010, pour les sociétés cotées en bourse et pour les organismes du secteur public.



  Mais ces mesures incitatives ne règlent qu’en partie le problème de parité. A tel point que 70% des femmes cadres avouent ne pas avoir confiance en leur évolution de carrière au sein de leur entreprise, toujours selon Brigitte Grésy et que les écarts de salaires des femmes cadres par rapport aux hommes est toujours de 15%.

IMG_4553.JPG

Alors, en quoi ces patrons papas sont ils susceptibles de faire changer les choses ?

En se posant, comme ils le disent, en exemple auprès de leurs salariés et en mettant en œuvre des dispositifs en interne facilitant l’émergence des femmes et la possibilité également pour les hommes de lever le pied momentanément sans que cela passe pour  de la désertion ou un manque de virilité !
L’entreprise a été « conçue par des hommes et pour des hommes », elle doit donc évoluer en son sein grâce aux hommes, et avec les femmes..Les critères d’évaluation des femmes – vus à travers un prisme masculin – doivent être revus, et étalés dans le temps. Cela donnera de la souplesse aux carrières féminines, dont le déroulé n’est pas linéaire comme les hommes, puisque interrompues par leurs grossesses.

IMG_4552.JPG
Les patrons témoins dans ce livre nous livrent leurs recettes managériales permettant d’agir sur de nouveaux modes de fonctionnement avec leur DRH. Des modèles qui prennent en compte le rôle de parents des salariés, visent pour certains, à faciliter les prises de congé parentaux, des aménagements d’horaires, des évolutions de carrière moins pénalisantes pour les femmes. Une évolution qui prendra ses racines dans la nouvelle génération de cadres dirigeants, plus portés que leurs pairs plus âgés, sur la recherche d’un équilibre de vie, plus attachés aux valeurs de la famille et de la présence du père.



Alors..coup de pub..ou réel intérêt pour une meilleure conciliation vie pro / vie privée ? pour la cause féminine ?  pour un considération plus grande de la parentalité de couple dans la sphère économique ? les mois et les années qui viennent nous le diront..



Repost 0
Published by sansinette - dans vie pro-vie privée
commenter cet article
29 octobre 2009 4 29 /10 /octobre /2009 09:02


Dès que l’on traite la question de l’égalité hommes-femmes , on a tendance à ne s’interroger que sur la place des femmes, leur ressenti, leur gestion de leur vie familiale et pro..et c’est normal puisque les disparités professionnelles sont à leurs dépens. La femme conserve la primauté des fonctions éducatives en plus de son métier, et perpétue l’esprit de famille dont elle est le noyau. Néanmoins, avec l’éclatement des familles, les gardes d’enfants partagées, le nombre croissant de femmes travaillant,  les hommes ont peu à peu pris conscience de l’importance de la place du père au sein de la famille et du partage des tâches.

Mais pour que les mentalités changent plus fondamentalement et que le rôle de chacun soit moins stéréotypé comme maintenant, il est important de prendre en compte l’avis des hommes ! Dans une société machiste, c’est également –voire surtout - par eux que les choses peuvent évoluer, et notamment grâce aux plus jeunes générations, celle des trentenaires .

Alors que pensent les hommes de la disparité hommes/femmes en entreprise ? comment voient-ils la vie de famille et comment la gèrent-ils, notamment quand ils occuppent de hautes fonctions ? comment pensent-ils pouvoir faire évoluer les choses ?
C’est, à travers des morceaux choisis de portraits de décideurs, que j’ai voulu vous donner un panel des idées et propositions masculines en matière d’aménagement d’équilibres entre vie de famille et vie pro, et, de là même, de la question de l’égalité professionnelle ou de la parité. Ces portraits sont consultables sur le site de l’ORSE.

Jean-Claude le Grand, DRH et responsable monde diversité chez l’Oréal, père de 2 garçons.
 L’Oréal, organise des journées de formation pour les managers sur la diversité en entreprise (hommes/femmes, mixité sociale, handicap..)à travers des jeux, des ateliers. Ces ateliers permettent une prise de conscience sur l’importance  de la diversité dans le cadre professionnel.
« Mettre en oeuvre des services à la personne permet de gagner du temps dans sa vie quotidienne, et d’en libérer davantage pour ses enfants ».

Philippe Mellier, Président Transport du groupe Alstom, et père de 3 filles.
« Si les gens sont heureux, ils vont faire du bon boulot et l’entreprise obtiendra de bons résultats » ..c’est très concret et intéressé, voire cynique..comme il l’admet lui-même. C’est d’ailleurs exactement le constat que je faisais dans le post sur la charte de parentalité..

Bernard Thibault, Secrétaire Général de la CGT, père de 2 enfants.
La Confédération a opté pour des quotas pour la parité hommes /femmes dans les postes de direction..dans le but peut-être de laisser plus de temps libre aux hommes ;.. ?
« il ne faut pas croire que l’aspiration à avoir du temps pour sa vie familiale soit uniquement féminine ».

Frédéric Tiberghien, Président d’Honneur de l’ORSE. Ancien chef d’entreprise Chronopost, Védiobis..et papa de 5 enfants
« l ‘aspiration à prendre du temps avec sa famille est légitime(…) mais elle reste incompatible avec un certain niveau de responsabilités ».


Bernard Van Craeynest, Président de la CFE-CGC, syndicat fondateur du réseau Equilibre, père d’1 fille.
« je pense que l’on a toujours un vrai problème d’accessibilité pour les femmes à des postes à haute responsabilité »


Pour conclure, je reprendrai également les propos de Sylviane Giampino, psychologue familiale.
« n’est-ce pas aussi cela l’égalité : un partage, une entr’aide au travail, en famille, en société ».

Une vision certes idéalisée de la vie en commun ..mais porteuse de vraies valeurs humanistes, ce qui manque à notre société.


Repost 0
15 octobre 2009 4 15 /10 /octobre /2009 23:03


Alors que l’union européenne, pour assurer une meilleure égalité hommes –femmes dans la conciliation vie privée/ vie de famille, a rédigé une feuille de route pour 2006-2010, en France, une conciliation annuelle est devenue obligatoire et prévoit les aménagements autour  de :
-l’organisation du temps de travail
-les congés familiaux
-les services de proximité


Selon les études de l’ORSE (observatoire sur la responsabilité sociétale des entreprises), des guides, des lettres ainsi que des fiches d’action sont éditées, et certaines propositions mises en place par des entreprises pour améliorer l’aménagement vie privée et vie pro..


Parmi elles, voici quelques propositions et certains aménagements concrets mis en place par des entreprises, la plupart déjà signataires de la  charte de la parentalité !

-Prise en charge de la retraite complémentaire lors du congé parental : Aujourd’hui, cette prise en charge est inexistante.  Aussi, pour pouvoir en bénéficier, des accords doivent être trouvés au sein des entreprises, avec les partenaires sociaux . C’est le cas d’Alsthom, pionnière en ce domaine, et à la pointe des avantages sociaux, selon le Délégué Général de l’ORSE, François Fatoux. Alsthom propose ainsi la prise en charge des cotisations pour la retraite complémentaire pendant les 6 premiers mois d’un congé parental.
-Allongement des congés parentaux rémunéré au même niveau qu’un travail actif (cf l’oréal)
-La prise en charge –comme dans l’exercice de leurs fonctions- des frais de mutuelle par l’entreprise
-Le rattrappage salarial suite à un congé de maternité ou d’adoption, calqué sur la même catégorie professionnelle.
-La possibilité d’utiliser les comptes épargne temps pour allonger sa période de congé de paternité/maternité ou congé parental cf Areva
-Le maintien de salaire pendant le congé paternité comme pour le congé maternité.



-Mieux préparer le départ et le retour d’un congé parental : grâce à des entretiens approfondis  sur les motivations du salarié , la façon dont il (elle) envisage son retour à l’emploi..
-Maintenir un lien et des informations régulières à la disposition du salarié en congé pour le maintenir à « niveau » et enfin préparer son retour (changements opérés, nouvelles méthodes, nouvelles organisations..s’il en est, et point sur les projets en cours.
Ainsi, chez HSBC on a accès à intranet. ; et surtout un rattrappage des formations !

Ces aménagements montrent la formidable prise de conscience de l’importance d’un équilibre vie pro/vie familiale au sein du secteur de l’activité économique. Des avancées encore minoritaires mais prémisces de changements  de mentalités et de progrès sociaux qui prennent en compte l’évolution de la société et de la vie des ménages. Des thèmes dont on n’a pas fini de parler..bien au contraire !.
http://www.egaliteprofessionnelle.org/


Repost 0
11 juin 2009 4 11 /06 /juin /2009 15:24



Selon une étude commandée par l’Observatoire de la Parentalité en 2009, nous serions  97% à estimer que conciliation vie pro / vie privée est un sujet de préoccupation important !  ce qui, en soi, n’est pas franchement un scoop ..

Plus intéressante, par-contre, est la manière dont les salariés-parents se sentent  considérés par leur employeur.
Ainsi très nombreux sont ceux (72%) qui estiment que leur entreprise ne fait pas grand chose pour repondre à leurs attentes, tant au niveau de la DRH que de la Direction Générale. Beaucoup attendent  un regard moins discriminant  de la DRH, et une écoute plus importante de leurs supérieur hiérarchique direct . Il s’agit quelquefois juste d’un peu plus de compréhension face à certains aléas  ou enjeux familiaux..de se montrer un tout petit plus humain .
Qui n’aime pas être un peu bichonné..hummm ?


En fait, sur le fond, les salariés-parents estiment généralement qu’ils se débrouillent très bien dans leur organisation (bon bah alors…tout va bien finalement.. ?) néanmoins, si, sur le long terme, l’entreprise pouvait  les aider ce serait la panacée. Par exemple, la majorité apprécierait  une aide financière pour la scolarité des enfants…mmouais , mais est-ce vraiment le rôle d’une entreprise.. ? ou une mutuelle plus avantageuse  (là oui l’entreprise peut négocier des accords plus profitables, pour les frais des familles nombreuses par exemple..) ou encore des facilités pour les gardes d’enfants tels des réseaux de Bbsitters, l’organisation de colonies de vacances,  ou les fameuses crèches d’entreprise tant attendues et  trop rares encore !

Enfin, dans l’organisation de leur travail, quelques mesures toutes simples mais tellement positives pourraient combler ces parents-salariés que nous sommes :

    - assouplissement des horaires de réunion,
    - la généralisation du  télétravail quand il est tout à fait justifié
    - le travail à temps partiel facilité et sans impact négatif sur l’évolution profesionnelle
    - la non discrimination dûe à la prise d’un congé maternité (ou paternité)

Alors..pas heureux les ps (parents salariés ..pas le parti politique) ? Grâce à la charte de parentalité, plus de 50 entreprises ont signé, en même temps qu'un accord de bonne conduite, l'engagement de mettre en place quelques-unes de ces pistes.  Certaines sont d'ailleurs déjà en place !

Bichonnez-nous aux petits oignons ! et nous serons au top !


Repost 0
21 mai 2009 4 21 /05 /mai /2009 12:13



L'OPE(Observatoire de la Parentalité en Entreprise) fondé en mai 2008 par Jérôme Ballarin, fêtait ses 1 an le 7 mai dernier. Conçu pour répondre aux attentes de plus en plus fréquentes des parents-salariés (vous savez cette nouvelle  espèce enfin reconnue), l’OPE fonctionne à travers des ateliers de travail, des enquêtes, et des actions. La dernière en date  (ou plutôt la prochaine prévue) est la mise en place d’une family day opérationnelle en juin 2010. Ce qui nous laisse le temps  de voir venir..

Mais c quoi me direz vous ? pour reprendre l’exemple des canadiens ou, plus chauvinement, tout près de nous, chez Orange qui le met déjà en place, la family day (« jour des familles », je traduis pour celles qui seraient vraiment très nulles en anglais) permettra aux parents-salariés  d’amener leur progéniture au bureau ! mais quelle drôle d’idée !? bah oui ..mais, pourquoi pas après tout ? surtout que l’on ne vous propose pas d’amener toute votre marmaille en culotte courte et de la laisser agir à sa guise, crayon à la main, pour tagger les murs, ciseaux dans l’autre à l’assaut des revêtements de chaise souvent  très moches, ni de laisser le petit dernier aux mains expertes de votre patron (votre mission si vous l’acceptez Môsieur le directeur) pour voir comment il se débrouille  les mains dans le cambouis (pas que du cambouis d’ailleurs…mais ceci est une autre histoire).

NON. Je vous arrête tout de suite ! l’idée,-selon Sylviane Giampino* , psychologue et membre du Comité d’orientation scientifique  de l’OPE, est de répondre aux nombreuses interrogations de vos enfants quant à votre lieu de travail (ou celui de votre homme). Car nos bambins nous entendent  parler de notre job, de nos collègues, de notre patron(ne) des coups fumants, foireux, topissimes de nos collaborateurs…de la cantine, de ce que l’on y mange (question pertinente et fréquente chez les miens), de la taille de votre  bureau (ou celui de papa..tant que ce n’est pas celle du zizi ;..), etc

*et auteur du livre « les mères qui travaillent sont-elles coupables » aux éditions Albin Michel (que je ferais bien de lire d’ailleurs) et qui avait été citée dans ce blog pour une conférence sur ce sujet à Paris en .2009

Et toutes ces interrogations les laisseraient un peu paumés. Mais que faites vous donc pendant que, eux, triment à l’école ?  non mais sans blague ?  vous prenez des cafés ou quoi ? 

Donc, pour remettre les choses au point sans tarder, et expliquer à nos schtroumpfs  que  loin d’eux la vie est si duuuure et si stressante..et si…complexe…euh…enfin que la vie au bureau est parfois enrichissante, intéressante…et très souvent, passionnante et moins fatiguante  somme toute qu’une journée  entière avec eux, the family day is there !! Cette journée avec enfants permet en effet une double prise de conscience:
de la part de nos enfants qui comprennent ainsi mieux l’environnement professionnel quotidien de leurs parents ; et de la part de nos collaborateurs qui« année après année, voient  les enfants des collègues grandir. Pour les  managers, cela amène une prise de conscience, qui se passe de longues explications, sur le respect à avoir au quotidien vis-à-vis des obligations familiales de  leurs collaborateurs. Respect, bienveillance et convivialité se vivent aussi entre  collègues »selon un salarié d’Orange.

Bref que du bohneur ! Ne reste plus qu'à trouver l'organisation idoine sans perturber les salariés sans enfants et l'organisation de l'entreprise qui continue somme toute à tourner. Pour cela l'OPE propose quelques pistes

Alors, rendez-vous  le premier mercredi de juin 2010,si du moins vous faites partie des heureux salariés  dont l’entreprise jouera le jeu.Et faites en sorte que vos enfants soient –cette fois-bien coiffés, sans trous au pantalon  ni aux chaussettes…et surtout très polis..à l’image de leurs gentils parents !






Repost 0
19 octobre 2008 7 19 /10 /octobre /2008 21:19

Concilier vie professionnelle et vie privée, oui c'est un réel défi. Maintenir un équilibre familial en cohérence avec un job qui demande toujours plus, rester (quand on peut) zen à la maison pour gérer la gestion quotidenne, les crises enfantines, les sorties de chacun, les devoirs, les jeux...et maintenir le cap quoi qu'il arrive.

Garder une certaine sérénité au boulot, même quand des collaborateurs, les clients, les prestataires, voire le patron.. vous "titillent". Et se dire que le week end cela ira mieux...oui sauf que une fois encore vous n'avez presque rien fait pour vous (je veux dire un loisir, un vrai !)..et pourquoi ? ...parce que une fois au boulot, le reste ne compte plus...et une fois chez vous seule la famille (et les amis quand même ah si !) forment votre univers..et que chacun est très prenant.

Résultat : le temps passe, et repasse...et vous avec ! bon, ce qui est positif c'est que on n'a pas le temps (justement) de s'ennuyer..

Enfin pour celles d'entre vous qui ont quelques heures disponibles devant elles et qui veulent creuser la question, je vous conseille d'aller assister à la conférence sur :


Parentalité et carrière : un modèle à bâtir ?
                      avec Sylviane Giampino, psychanaliste et psychologue     

le jeudi 23 Octobre de 8h30 à 11h00
à l’Auditorium de l’Hôtel de Ville de Paris
4 rue Lobau 75004 Paris


avec l’aimable participation de Mme Olga Trostiansky,
maire adjointe chargée de la Solidarité, de la Famille et de la Lutte contre l’Exclusion
et de Mme Fatima Lalem, maire adjointe chargée de la Parité Femmes/Hommes

L’arrivée d’un enfant est aujourd’hui un moment crucial pour un couple. Parmi les questions les plus sensibles, la conciliation de la vie professionnelle et de la vie familiale devient particulièrement problématique. Surtout lorsque chacun veut poursuivre une carrière professionnelle très active.
Comment préserver son bien-être et celui de ses enfants, face au regard de l’entreprise et aux injonctions parfois contradictoires de la société et des médias. Les mères, les pères, l’entreprise … toute la société est aujourd’hui concernée.



Repost 0
Published by sandrine - dans vie pro-vie privée
commenter cet article

Suivez-moi ici aussi !

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

 

 

 

C'est d'actu

 

 

guidemampreneurs  Sortie du guide des Mompreneurs

de Valérie Froger

Qui sont-elles ? comment font-elles ?

Portraits et conseils.

 

 

 

Vidéos